fbpx
Mode durable : comment la consommer ?

Mode durable : comment la consommer ?

On ne peut plus l’ignorer : la mode pollue.

Entre la surproduction de vêtements fabriqués à moindres coûts, les conditions de travail plus que discutables et l’effervescence autour de l’ultra-fast fashion, l’industrie du textile est particulièrement pointée du doigt par les temps qui courent. 

Mais si la situation n’est pas des plus réjouissantes, les choses bougent au sein de l’industrie de la mode. Mieux encore, face aux enjeux environnementaux, la mode durable prend de plus en plus de place. Et les marques sont maintenant nombreuses à produire de manière responsable, à proposer des produits écoconçus, à inviter les consommateurs à acheter de seconde main, et à se détacher sincèrement du monde fou de la Fast Fashion.

Et le gouvernement, lui aussi, commence (timidement) à sortir de l’ombre pour proposer des mesures concrètes qui encouragent la mode éthique.

Dans cet article, on fait le point sur ces dispositifs pour vous montrer que oui, la mode durable évolue. On vous explique ce qui est à votre disposition pour consommer mieux, mais moins. Enfin, vous trouverez une sélection de marques qui ont le mérite d’être responsables.

Mode durable : quand le gouvernement prend des mesures

L’industrie de la mode est l’une des plus polluantes au monde. Car en dehors du produit en lui-même, c’est toute la chaîne de fabrication qui est polluante : eau, énergie, pesticide. Dans l’industrie du textile, l’empreinte carbone explose !

Mais plus encore, selon les chiffres du gouvernement, 450.000 tonnes de textiles usagés ne sont pas collectées. En France, c’est donc l’équivalent de 45 tours Eiffel qui sont jetées en décharge ou incinérées chaque année.

Si jusqu’à lors aucune mesure concrète n’avait été prise par le gouvernement pour collecter ces textiles, c’est sur le point de changer. Le 28 septembre dernier, la France a annoncé une grande consultation en vue d’un arrêté qui sera rendu public en novembre avec comme idée d’annoncer un plan pour les six années à venir à partir de 2023.

Derrière tous ces débats bureaucrates, l’idée est simple, réformer la filière de responsabilité élargie du producteur (REP) dans le secteur du textile, du linge de maison et des chaussures afin d’encourager les marques à réduire la quantité de vêtements produits et à augmenter leur qualité afin de lutter contre le réchauffement climatique. 

Autrement dit, la France souhaite favoriser la mode durable. 

Et pour satisfaire ces nouvelles exigences, ce n’est pas moins de 5 mesures “ambitieuses” qui sont envisagées par le gouvernement, à savoir : 

  • l’accord d’un bonus pour les marques qui produisent des produits plus “vertueux”, 
  • la réduction des coûts liés à la réparation textile,
  • le développement de meilleures solutions pour la collecte de textiles usagés, 
  • un financement disponible pour le tri et la réparation des textiles, 
  • la création d’une filière française de recyclage des textiles non réutilisables.

Par ailleurs, pour soutenir ces mesures exceptionnelles, 600 millions d’euros seront alloués au cours des six prochaines années. Un budget qui sera notamment consacré à la réparation, au réemploi et au recyclage. D’un autre côté, 350 millions d’euros seront quant à eux dédiés à la récompense de produits écoconçus.

Si ce ne sont que des chiffres, ça démontre tout de même un engagement de la part du gouvernement d’encourager l’écoconception et la collecte pour tendre vers une industrie textile beaucoup en phase avec les enjeux environnementaux. 

En pratique, comment consommer la mode durable ?

L’option du vintage pour s’habiller différemment

Le seconde main et le vintage n’ont jamais été autant en vogue qu’aujourd’hui. Les friperies ont remplacé les enseignes de prêt-à-porter les plus tendance, et le chemisier de mamie est la pièce la plus recherchée du vide-grenier. À savoir que le marché pèserait même plus de 1,16 milliard d’euros selon le baromètre Kantar.

Le vêtement vintage est donc plus tendance que jamais, mais surtout, il propose une manière unique et différenciante de s’habiller, tout en étant durable. Puisque je vous le rappelle, s’habiller de seconde main, c’est porter un vêtement qui a déjà été utilisé. Là où le neuf à un impact écologique considérable du fait de sa production et de son transport, le vintage, lui, est beaucoup moins polluant, car il n’a été produit qu’une fois.

Enfin, acheter du vintage, c’est aussi augmenter la valeur perçue du vêtement. Quand on passe 30 minutes à chercher la pépite qui saura nous mettre en valeur, la valeur sentimentale est tout autre. Et c’est gage d’une belle histoire d’amour. 

Se tourner vers des marques qui s’engagent à produire moins, mais mieux

L’un des fléaux de la l’industrie de la mode, c’est la surproduction, qui par effet boule de neige incite à la surconsommation. Si on ajoute à ça, le jeu des tendances auquel s’adonnent les marques en concevant des collections qui ont pour unique but que de vendre en masse, on arrive à une finalité pas très jolie : celle de la fast-fashion.

Fort heureusement, les marques engagées existent. Et quand je vous dis engagées, je ne vous parle pas de celles qui prétendent l’être à coup de publicités bien ficelées et de slogans “greenwhashés”. Non, les marques réellement engagées existent, et elles sont de plus en plus nombreuses. 

Pour les reconnaître, voilà des indicateurs auxquels vous pouvez prêter attention : 

  • Les certifications/labels : GOTS, Oeko-tex Standard 100, Ecocert, B-corps, OCS, Mohair, Peta Approved Vegan, etc.
  • Les matières : d’où viennent-elles ? Quelles sont-elles ? Comment sont-elles certifiées ? Sont-elles recyclées ou recyclées ? 
  • La démarche : est-elle éthique en respectant les conditions de travail ? Est-elle sociale en faisant partie d’une association ou en reversant une partie de ses bénéfices à une organisation ?
  • La communication : communique t’elle avec transparence sur tout ce qu’elle fait, ce qu’elle prévoit de faire, mais surtout ce qu’elle ne fait ? Est-elle consciente qu’elle n’est pas “parfaite” ? : 
  • Le rythme des collections : considérez qu’une marque qui sort une collection toutes les trois semaines doit tenir le rythme niveau production. Ça implique forcément une mobilisation des ressources accrues, et pas dans le bon sens !

Où trouver des vêtements durables ? Sélection de pièces éco responsables

rose lin gabriela modalova
Robe longue en lin Gabriela Hearst – 903 euros
pantalon patchwork modalova
Jean patchwork Marine Serre – 570 euros
pull stella mccarthney modalova
Pull en jacquard Stella Mc Cartney – 417 euros
manteau knowledge apparel modalova
Manteau Knowledge Cotton Apparel – 399,99 euros
chaussures kleman modalova
Derby beige Kleman – 140 euros
veja sneakers femme modalova
Basket en cuir Veja – 132 euros
nuisette le slip francais modalova e1666596497126
Nuisette Le Slip Français – 85 euros
tee shirt knowledge apparel modalova
Tee-shirt Knowledge Cotton Appareil – 40 euros

Pour terminer cet article, j’aimerais ajouter que pour consommer la mode durable, il est important de se positionner comme un acteur conscient et donc un consommateur responsable. Et ça passe avant tout par l’information. Interrogez-vous et renseignez-vous avant de passer à l’acte d’achat. Mais aussi l’engagement. Acheter auprès de marques éthiques, c’est les soutenir dans leur démarche d’engagement. Et ça, elles ne peuvent pas y arriver sans vous 😉

Pour aller plus loin sur le dossier de la mode durable :

Image en une : © Sandra Semburg

Passionnée des mots, je mets ma plume au service de la modosphère. Tendances, dernières pépites, zoom marque, collaborations... Tout y passe. Je m'intéresse également aux acteurs qui façonnent la mode de demain, des grands groupes aux petites marques, je n'hésiterais pas à vous partager mes coups de cœur.

Rédactrice Mode